« Je ne veux pas d’enfant »

hqdefaultCa fait plusieurs fois que j’entends cette petite phrase si lourde de sens. Et en général, elle est souvent accompagnée d’un parce que. Une question de budget, d’envie, de carrière… La plupart sont valables et, à défaut de les comprendre, je les entends. Mais, au milieu de toutes ces raisons (censées), il y en a une qui me pose problème : « je ne veux pas donner la vie dans un monde aussi pourri que le nôtre » A chaque fois, cette excuse je la trouve piteuse.

Je conçois que le monde des bisounours est à des année-lumière de notre quotidien. L’attentat de Nice est un drame qui s’ajoute à une liste déjà beaucoup trop longue. Notre planète est malade et continue de décliner, la politique mondiale n’en faisant pas assez d’un point de vue écologique. La racisme est encore présent, l’égalité culturelle, sociétale, sexuelle est encore un doux rêve auquel quelques rêveurs s’accrochent. La crise économique a laissé des traces durables, le chômage touche encore beaucoup trop de monde. Notre société est droguée aux antidépresseurs, somnifères et autre cachets. Non, c’est sûr, dit comme ça notre monde ne fait pas envie.

Et pourtant… si, au lieu de se lamenter et de soupirer, on regardait le verre à moitié plein ?!

D’un point de vue historique, il y a eu de nombreuses périodes sombres auxquelles je suis bien contente d’avoir échappé. En voici quelques unes :

  • La persécution des chrétiens
  • L’inquisition
  • La chasse aux sorcières
  • La Terreur

Je ne parlerai pas de toutes ces dictatures qui jalonnent l’histoire (et qui existent encore pour certaines), de l’esclavage ou des épidémies qui décimaient une bonne partie de la population… Non, je me contente de me trouver chanceuse d’être née en France à cette époque. Il y a (eu) tellement pire !

D’un point de vue pratique, je suis bien contente de bénéficier de tout le confort que nous offre la vie moderne

  • l’eau courante et l’électricité
  • les différents moyens de transport pour voyager
  • les supermarchés / marchés où je trouve toujours ce qu’il faut pour nourrir ma famille
  • le téléphone et internet pour rester en contact avec ceux qui me sont chers et qui habitent loin
  • la médecine moderne qui permet de (presque) tout soigner

Alors, je le redis, même si je connais des moments de doutes, de peur, d’abattement, même si je suis consciente que notre monde est très imparfait et qu’il y a encore tant à faire, même si le terrorisme est une triste réalité et qu’on ne connaît pas les conséquences du réchauffement climatique, je suis heureuse. Heureuse de câliner mes enfants et leur faire découvrir la vie, en espérant leur transmettre le bonheur des choses simples. Heureuse de retrouver mon mari tous les soirs et de pouvoir discuter avec lui. Heureuse d’avoir des amis avec qui aller boire un verre et échanger sur des sujets plus ou moins futiles. Heureuse de faire de nouvelles rencontres régulièrement qui m’enrichissent et me font découvrir tant d’autres choses.

Et parce que je suis heureuse malgré tout, je me dis que mes enfants pourraient l’être (et j’espère qu’ils le seront) et que donner la vie est une aventure merveilleuse et un cadeau- un peu empoisonné par moment – mais un cadeau formidable.

Pour conclure, voici un extrait d’un livre de jeunesse que j’avais adoré à l’époque et qui m’a beaucoup marqué par la justesse de l’écriture :

« Finalement, l’enfance n’est pas une maladie très grave : elle finit toujours par passer.
 Parfois, pourtant, ça ne se passe pas très bien. C’est que cet âge n’est pas garanti pur fruit pur sucre. On y trouve des noyaux, aussi. Ou pis. Même les enfants heureux peuvent avaler de travers un bout d’existence. ça ne les empêche pas de rire. Quant aux autres. Quand l’existence leur fait la vie dure, ils se fabriquent bravement de petits bonheurs, à la vie-comme-je-te-pousse. » (Fil de fer, la vie. Jean-Noël Blanc)

Publicités

13 réflexions sur “« Je ne veux pas d’enfant »

  1. Oh comme ton article me parle…car souvent je me dis « pourquoi j’ai fait des enfants dans le monde dans lequel on vit ? » Et à travers ça ce sont mes propres angoisses et peurs pour le futur qui ressortent… Ce qui ne m’a pas empêché de faire des enfants cependant ;-).
    Je pense qu’au fond, nous savons que nous vivons quand même une belle époque, mais l’actualité est très anxiogène. J’ai la conviction que la vie est belle malgré tout, comme tu le dis, et j’espère faire passer cette certitude à mes enfants, leur montrer aussi ce qui est beau dans ce monde (car il y a plein de belles personnes et de beaux actes, mais ça fait moins la une des médias).

    J'aime

    • Oui, les médias ne parlent que des catastrophes et des échecs… C’est sûr que ça contribue à un climat anxiogène. Mais je pense sincèrement qu’avoir des enfants et la source la plus fiable pour avoir plein de petits bonheurs et qu’ils sont le moteur de nos existences dans les moments les plus sombres !

      Aimé par 1 personne

  2. C’est vrai que je trouve toujours cet argument dérangeant. Si tu ne veux pas d’enfant, c’est bien, mais il n’y a pas besoin de tenter faire culpabiliser ceux qui en font. D’autant plus que comme tu le dis, nous sommes en fait à la meilleure époque pour faire un enfant : la mortalité infantile est au plus bas, l’espérance de vie au plus haut, notre continent est en paix (relative, mais enfin on n’a pas des bombes qui nous tombent dessus quotidiennement, et nos enfants n’ont pas l’obligation d’aller au front)… Si le risque de mourir était à ce point insurmontable, il n’aurait jamais fallu commencer à faire des enfants (merci, pour qu’il se fasse bouffer par un tigre aux dents de sabre !). Et on ne serait pas là à en débattre…

    Après, il y a la question de l’impact de l’homme sur la planète qui est préoccupante dans ce contexte d’expansion constante. Mais je pense que justement, des solutions viendront du futur, comme nous commençons à en mettre en place à notre époque (ce n’était pas le cas à l’époque de nos parents). C’est super de sauver la planète, mais si on est plus dessus, quel intérêt ? Ce qui est beau dans les enfants, c’est qu’on peut tout attendre d’eux 🙂

    Je trouve ta dernière citation très jolie en tout cas 🙂

    J'aime

  3. Oh merci pour cette belle citation !
    Je partage vraiment ton avis quant à cet argument qui m’a toujours paru un brin trop fataliste. Comme tu le dis si bien, la meilleure manière de vivre des tas de petits bonheurs, c’est d’avoir des enfants ! Quoi de plus gratifiant que de leur transmettre l’art d’être heureux ?

    Aimé par 1 personne

  4. Merci pour cet article!!
    Déjà parce qu’il me déculpabilise face aux gens qui m’ont déjà sorti ce genre d’arguments.
    Et ensuite pour cette superbe citation!!
    Une connaissance m’avait un jour dit : « La vie c’est comme une pastèque. C’est plein de pépin mais qu’est-ce que c’est bon » (oui il faut aimer la pastèque :-p). Et depuis ce jour je me suis dit qu’effectivement il fallait apprendre à apprécier la vie même si parfois elle donne l’impression de vouloir nous étouffer de tristesse et de peur.

    Notre monde n’est pas parfait. Mais l’a t’il été un jour? Du coup nos parents n’auraient pas du nous mettre au monde?(et on peut remonter loin avec ce raisonnement)

    J'aime

  5. La citation est magnifique.
    J’avoue je respecte le choix des personnes ne voulant pas d’enfants (même si j’en connais peu). Mais les raisons autres que médicales et donc non volontaires sont toujours un peu obscures pour moi.

    J'aime

    • Je pense qu’au même titre que nous en voulons certains n’en veulent simplement pas, même si rien ne les en empêchent physiquement. Nous avons parfois du mal à tout concilier et à gérer alors que nous les avons voulu alors je pense que s’ils n’en veulent pas c’est sûrement mieux qu’ils n’en fassent pas, pour eux et pour leur potentielle progéniture 😊 je pense qu’au même titre que nous n’avons pas à nous justifier, ils n’ont pas à se justifier. Et eu même titre que nous ne devons pas les juger, ils ne doivent pas nous juger.

      J'aime

      • Je suis complètement d’accord avec toi. C’est pour ça que j’ai beaucoup de mal avec ceux qui disent ne pas vouloir d’enfant à cause du monde pourri dans lequel nous vivons. Outre le fait que je ne suis pas d’accord, je trouve ça culpabilisant pour tous les parents qui entendent ce raisonnement.

        J'aime

  6. J’adore ton article ! Mon mari justement déprime parfois à cause de cela en me faisant part de son désarroi sur l’avenir que nous allons donné à Petit Prince. C’est assez déstabilisant, car je réagis plutôt comme toi, et c’est difficile de lui répondre. J’ai exactement les mêmes arguments que toi, et au fond de mon coeur, je me dis que mon fils fera de « grandes et belles choses ». Attention je ne parle pas de célébrité. Je parle plutôt de continuer à promouvoir la tolérance, l’altruisme, la joie de vivre et plein d’autres choses qui feront, qu’il sera heureux dans sa vie et qu’elle sera belle. Du moins, j’y crois très fort 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s