Seule

solitude-seul-600x200

J’ai eu mon 1er enfant relativement jeune. A 26 ans. Je sais que certaines l’ont beaucoup plus tôt, mais avec mon bac+5, je faisais un peu figure d’extraterrestre. Avant ma grossesse, je vivais mes années post étudiantes avec insouciance. Pour la 1ère fois, j’avais de l’argent, des copains aux quatre coins de la France et une furieuse envie de profiter de la vie.

Et puis… un petit haricot s’est accroché malgré tout dans mon ventre. Le rythme de vie que je menais ne lui faisait apparemment pas peur ! J’ai essayé tant bien que mal de continuer à profiter des quelques week-ends que j’avais, ce n’était plus pareil. Trop loin, trop fatiguée… j’ai commencé petit à petit à me sédentariser. Il faut dire que faire des horaires décalés n’arrangeait rien, au contraire ! Moins disponible et plus fatiguée : combo gagnant pour s’isoler !

Les débuts avec Alphonse ont été très rudes. Le pauvre a été constipé dès la naissance. Les biberons d’Hépar, les compotes de pruneau n’y faisaient rien : il avait mal au ventre. Et pleurait non stop toute la journée. Alors oui, bien sûr, il a fait ses nuits très tôt. Mais ce n’était que parce qu’il était épuisé de tant pleurer la journée. Les sorties dans ces conditions ? Oubliées, bien sûr.

J’ai arrêté de travailler en 3×8 lorsque je suis tombée d’Ernestine. Je retrouvais tous mes week-ends, joie ! Je les passais exclusivement à dormir dans un 1er temps et à consacrer du temps à Alphonse ensuite. Les sorties avec les copains ? J’en faisais un peu, bien sûr, mais tellement moins qu’avant !

Et Ernestine est née. Dans le groupe de copains, quelques grossesses étaient annoncées. Pas beaucoup, mais il faut bien un début. Sauf que 2 enfants, c’est 2 fois plus de travail. Difficile de partir un week-end entier et laisser le papa gérer tout tout seul. Pas que je ne lui fasse pas confiance, mais bon, c’est pas très sympa de le mettre la tête sous l’eau pour que j’aille m’amuser. (oui, j’avoue, je le fais environ tous les 6 mois !)

Et maintenant, je me rends compte que je suis déconnectée de mes amis. Qu’ils ne me proposent plus systématiquement de me joindre à eux : j’ai tellement refusé d’invitations ! Et je me sens un peu seule. Alors bien sûr, je le comprends, c’est dans l’ordre des choses. Mais des fois j’ai un petit pincement au cœur.

Est-ce que je regrette d’avoir eu mon 1er enfant si jeune ? Parfois oui, je l’avoue. Mais alors je pense à mon papa qui est mort il y a 2 ans déjà. Et je me dis que si c’est le prix à payer pour qu’il ait pu faire connaissance avec son 1er petit-fils, je le paye sans hésiter une seconde.

Et la vie continue. Les amitiés se font et se défont. Et je suis sûre qu’avec l’entrée à l’école de mon grand, je vais rencontrer des parents qui comprendront ce que c’est que d’avoir 2 enfants… et bientôt 3 🙂

Publicités

19 réflexions sur “Seule

  1. J’ai eu mon premier au même âge que toi ^^.
    Mais subitement, je mesure ma chance : le Breton est plus âgé que moi, n’a principalement que des amiEs et est le plus jeune de sa bande … résultat, quelques amies ont ouvert la voies, mais comme on avait déjà des habitudes de week-end pépére en groupe je n’ai pas l’impression qu’ils aient étaient laissé de coté ^^.
    Pour FeuFolet, entre la famille et les amis, il y a eu 14 bébés cette année là (et 8 mariage, l’instinct grégaire XD). Depuis, ça continue de se succéder tranquillement, donc effectivement les week-end ensembles sont moins fréquent (et surtout bloquer TRÈS en avance) mais on sait qu’il y aura toujours des copains pour jouer.

    (et hiiiiiiiiiii, félicitation pour le troisième, ça fera combien d’écart avec Ernestine?)

    J'aime

  2. J’ai eu ma fille à 23 ans et comme MamWeena mon compagnon était plus âgée et donc ses amies avaient déjà des enfants ^^ Donc je me suis tournée vers elles, vu qu’elles comprenaient, alors que les anciennes pas tant que ça …

    J'aime

    • Oh non, ne te sens pas à la traîne, ça viendra quand ça viendra et puis c’est tout ! Et tu offriras un(e) cousin(e) au Choupi, ça aussi c’est génial et il y a 3 ans, ça n’aurait pas été le cas 🙂
      Merci en tout cas !

      J'aime

  3. Je me retrouve bien dans le début de ton article… à la différence que j’avais 25 ans, que mon bac+5, je venais seulement de le valider et que je n’avais pas un sou en poche 😉 Mais que c’était un bébé archi voulu (oui, carrément archi) !

    Pour les amis… c’est clair que les enfants ça sépare, mais c’est un autre mode de vie, qui a évidemment ses compensations grandes comme l’océan (ça se voit que j’ai plus ma fille et qu’elle me manque ?!). Parmi les amies les plus proches, aucune n’a d’enfant, donc je comprends bien ce que ça fait de se sentir un peu à l’écart… Plus tard vous ferez des sorties avec enfants, des goûters (et moi aussi, j’espère) 😉

    Et surtout, le plus important, félicitations pour ce petit 3 !!!

    J'aime

    • Oui, on a l’air d’être un peu dans la même situation toutes les deux. Après, ça arrive que la vie sépare comme parfois elle rapproche. On verra où on en sera dans 10 ans !
      Et félicitations à toi aussi si j’ai bien compris ?!

      J'aime

  4. Félicitations pour le troisième ! C’est super ! 🙂 (oui oui, je suis toujours aussi émue à l’annonce de n’importe quelle grossesse, et ce depuis que j’ai eu mon premier, hahaha)

    Je t’avoue, très sincèrement, avoir du mal à comprendre les amis (ou les « amis » ?) qui ne s’intéressent plus à toi lorsque tu as un enfant, et même deux (et trois). OK, les relations deviennent très différentes. Depuis que nous avons notre petit N., ça a changé beaucoup de choses aussi chez nous. Mais je trouve vraiment dommage, décevant, et un peu énervant aussi, les amis qui nous abandonnent. Oui, voilà, l’abandon, finalement c’est comme ça que je le perçois. Et que je le vis, car moi aussi ça m’est arrivé (et à nous aussi, mari inclus) depuis que nous sommes trois.
    Enfin, nous sommes des amis ou de simples connaissances ? Dingue, non ?

    Et puis, tout compte fait, on finit par rencontrer d’autres personnes, des parents, et on s’invite à déjeuner ou à dîner, et puis on se retrouve au parc, et puis on noue de nouvelles relations. Et certains de nos amis deviennent parents, et le lien se renforce, parfois se renoue.
    Et pour les autres, on finit par se dire, résignés : tant pis.

    Comme je te comprends !

    J'aime

    • En fait, je ne leur en veux pas. Enfants + éloignement géographique n’est pas le combo gagnant… Alors on peut se lamenter en regardant le verre à moitié vide (j’avoue, c’est ce que j’ai fait !) mais on peut aussi mesurer la chance qu’on a d’avoir un (ou des) enfant(s) en bonne santé qui grandissent et s’épanouisse (ce qui est quand même mon état d’esprit la plupart du temps !)
      J’imagine que le plus important, c’est d’y trouver son compte… et de se forger de nouvelles amitiés plus en adéquation avec notre situation, d’entretenir un peu les anciennes pour pouvoir les relancer quand les couches seront loin 🙂
      Et merci pour ton gentil commentaire 🙂

      J'aime

  5. Moi j ai plutot été la dernière enceinte de notre groupe d amis, du coup j ai eu l avantage de ne pas connaitre ce phenomene de mis a l ecart. Et puis en plus maintenant j ai mes amies blogueuses, ca compte aussi, non ? Et felicitations pour cette annonce !!

    J'aime

  6. Ho la jolie annonce tout à la fin!!!!
    Félicitations!!!

    Ici j’avais déjà écrit un article sur les grossesse de mes proches et comment j’étais un peu aussi « partie devant ». Mais je ne le regrette pour rien au monde et au fur et à mesure j’en vois certains « revenir » à un mode de vie plus proche du notre. On se redécouvre parents.

    J'aime

  7. Félicitation pour la jolie nouvelle glissée l’air de rien à la fin de l’article 🙂 ! Hâte que tu nous racontes cette nouvelle aventure et la vie avec 3 petits… ! Comme tu le sais, mes deux enfants ont exactement le même âge que les tiens…mais je ne te suis pas sur le 3eme 😉 ! Je t’admire un peu, ici on ne se sent pas capable d’avoir un troisième maintenant, et d’ailleurs peut-être resterons-nous à deux enfants finalement.

    J'aime

  8. Félicitations !
    Si je compte bien tu as à peu près mon age (30 ans) et tu en es à ton 3ème ?! Pas mal du tout 😉 Je me sens à la traine comme Pititefleur aussi !
    Malheureusement les enfants ça laisse des traces dans les amitiés. Je suis de l’autre coté et je vois des amis devenir de moins en moins disponibles et même avec toute la bonne volonté du monde, quand on a moins de centres d’intérêt en commun, on finit par s’éloigner…
    J’espère que la rentrée t’a apporté d’autres amitiés !

    J'aime

  9. Pour ma part, j’ai eu mon premier à 21 ans et n’avais pas encore validé mon bac+5. À cet âge, les copines se battaient pour jouer les baby sitters et on n’est sans doute moins fatiguée.
    À 28 ans, j’étais une jeune maman avec 3 enfants. On les a emmenés partout et ils n’ont jamais été un frein pour rencontrer les amis.
    J’ai l’impression que le boulot a eu plus de conséquences.
    Par contre nos amis ont tous eus leurs enfants plus tard, quand les nôtres étaient autonomes et c’est nous qui avons eu du mal à accepter leur manque de disponibilité. 10 ans plus tard, le regard de la société était plus sévère et, plus âgé, on est sans doute plus protecteur face à nos enfants.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s