La maternité, la blogosphère et moi

f

Quand je suis tombée enceinte d’Alphonse, je ne connaissais pas l’univers des blogs.  Ni l’univers de la maternité d’ailleurs. J’ai été soufflé d’apprendre que la vie se développait en moi, mais pas un seul instant je me suis doutée que je pourrais trouver des expériences similaires à la mienne dans des blogs. Pour moi, ces expériences similaires sur le net se résumait aux forums doctissimo et autres forums du même genre et si j’ai déjà lu des questions et des réponses sur ce type de forum, je ne m’y suis jamais reconnue.

En parallèle de ma grossesse je préparais mon mariage. A la recherche d’idées sur internet j’ai découvert le formidable blog de Mademoiselle Dentelle. J’ai tout de suite accroché et je suis devenue une lectrice assidue. Mais pas un instant je ne me suis doutée que ce blog en cachait plein d’autres. Et puis un jour, Mademoiselle Dentelle a fait des petits : Dans Ma Tribu et Sous Notre Toit. Je t’avoue que j’avais un peu délaissé le blog mariage, le mien était passé et toutes les chroniqueuses que j’avais suivi avaient bouclé le leur. Mais des blogs qui parlent de maternité, d’enfants, du quotidien et de tant d’autres choses, c’était nouveau pour moi, et j’ai tout de suite trouvé ça très chouette. Progressivement (j’avoue, il m’a fallu du temps pour m’en rendre compte) j’ai découvert que certaines chroniqueuses avaient leur blog perso. Les tout premiers que j’ai lu assidument sont ceux de Die Franzoesin et Chat-mille. Au début, j’allais presque tous les jours sur leur site, des fois qu’il y aurait un nouveau billet (non, ne rigole pas !) Puis Fran-fran m’a fait découvrir Hellocoton. Quelle révélation ! Et surtout, quelle diversité ! Maintenant, c’est sur Hellocoton que je vais tous les jours, c’est bien plus pratique 😉 (Et DMT aussi bien sûr !)

Et soudain, je me suis rendue compte d’une chose. Je ne vis pas du tout ma 3ème grossesse comme la 1ère et la blogosphère y est pour beaucoup. Pour la 1ère, je vivais chaque rendez-vous mensuel, chaque échographie comme une fête. Alphonse ne bougeait pas beaucoup (mon utérus était un peu récalcitrant à prendre de l’ampleur !) et ça ne m’inquiétait pas le moins du monde. J’y prêtais à peine attention. Je n’ai pas du tout stressé pour l’accouchement. Enfin, je n’ai pas eu le temps. Il m’a bien fallu 9 mois pour réaliser que j’allais être mère. Le temps que je me pose des questions sur le pourquoi du comment, Alphonse était déjà là (ce qui explique des débuts très compliqués !). Avant ma 3ème grossesse, j’ai lu quantité de témoignages plus ou moins bouleversants. De celles qui sont en plein PMA, de celles qui vivent une fausse couche, de celles qui vivent un deuil périnatal, de celles qui découvrent une malformation ou une maladie génétique pour leur tout petit, de celles qui tombent malades et qui craignent pour ce bébé pas encore là physiquement qui a déjà pris une telle place dans leur cœur. Alors, je me suis rendu compte que cette grossesse était beaucoup moins sereine. Pas parce que j’ai un souci, non tout va bien et j’espère que ça continuera ainsi, mais parce que j’ai davantage conscience de ce qui pourrait arriver. J’ai vécu – et vis encore – chaque rendez-vous médical comme une épreuve, je n’ai jamais oublié que c’était là que pouvaient être annoncées les mauvaises nouvelles. Je stresse à chaque fois que je n’ai pas senti bébé bouger pendant plusieurs heures. Et j’ai un peu de mal à me réjouir de la naissance. Parce que tant que je ne tiens pas mon bébé dans les bras, je sais que tout peut arriver – et même après.

Alors, je me dis que la blogosphère m’a apporté beaucoup et m’a aussi aidé à ouvrir les yeux. Je ne m’attends pas au pire, mais je sais qu’il est possible. Et surtout, je mesure mieux ma chance de n’avoir été confrontée à aucun drame, même une fausse couche précoce – et j’espère que ça continuera. Et je pense avoir davantage d’empathie pour ceux que je côtoie et qui traverse des moments douloureux. Alors pour tout ça, chères bloggueuses, merci !

Publicités

24 réflexions sur “La maternité, la blogosphère et moi

  1. Ouf, avant ta conclusion, j’ai cru que la blogosphère te filait des angoisses pour ta troisième grossesse.
    Vivant depuis toujours proche du milieu médical, je connaissais déjà pas mal d’histoires difficiles de grossesses, d’ailleurs, ma mère était plus angoissée que moi du fait de son métier et de son histoire personnel (PMA, MAP, prématurité, etc.).
    Par contre, je suis d’accord avec toi, ces récits, effrayants et bouleversants permettent d’avoir plus d’empathie … mais je me demande quand même comment réagir si un jour j’étais confronté au un proche qui subirait une perte pareille?

    J'aime

    • Entre une mère, une belle-mère et une jumelle médecin, j’avais aussi quelques notions ! Mais c’est différent de savoir que ça existe et de lire des témoignages de personnes qui y ont été directement confrontées !
      Quant à la réaction à avoir par rapport aux proches… j’ai commencé par ne plus poser de questions indiscrètes, et à faire davantage attention à la façon dont je formulais mes questions. ça n’est pas grand chose, mais c’est déjà ça ! Pour ce qui est de deuil périnatal ou malformation, j’espère ne jamais y être confrontée évidemment, que ce soit pour moi ou pour un proche

      Aimé par 1 personne

  2. Oh la la c’est la valse des émotions cet article 🙂 . Au début j’ai été trop touchée de voir que tu avais été « fan » de mon blog 🙂 . Ensuite je me suis dit : « Oh la la non la pauvre on lui file des angoisses » et c’est vrai que parfois tous les récits catastrophiques qu’on peut lire n’incitent pas à la sérénité. Et puis finalement tout est bien qui finit bien et je te remercie aussi pour ta grande fidélité de commentatrice 🙂 . Bisous !!

    J'aime

  3. J’ai trouvé beaucoup de réconfort dans la blogosphère mais en effet, peut être que j’y ai perdu un peu de naïveté aussi concernant la grossesse. Des fois je regrette un peu et en même temps, je me rends compte qu’au final les choses qui me stressent le plus sont celles qui sont arrivées à des personnes que je connais. Et donc la blogosphère ne m’a pas tant que ça effrayé sur cette première grossesse. Après des fois, je n’ai pas envie de me stresser donc je ne lis pas 😄

    J'aime

    • Oui tu as raison, on n’est pas obligé(e)s de tout lire ! Après, je ne pense pas être angoissée. Juste un peu plus réaliste… et donc moins sereine. Mais je ne pense pas que ce soit négatif, au contraire ! Et je sais que s’il devait arriver quelque chose à mon bébé, je pourrais compter sur votre soutien et ça c’est énorme !

      Aimé par 1 personne

  4. On a un peu le même constat finalement. C’est plus anxiogène, mais finalement ce n’est pas plus mal d’être consciente de tout ça.

    Et ça aide aussi à développer son empathie. J’ai appris ce soir qu’une amie de collège était entrée dans un parcours de PMA (très étrange cette conversation d’ailleurs : « Alors, comment ça va depuis le temps ? » « Oh ben très bien, j’ai une petite fille de 2 ans et demi et une autre qui doit naître en avril. Et toi ? » « Ah super, moi je me suis fait inséminer hier. » Un peu malaise sur le coup, j’avoue…), et je ne sais pas si j’ai vraiment trouvé les mots justes pour lui exprimer ma compassion et mon espoir pour elle, mais en tout cas avoir lu plusieurs récits de personnes en PMA m’a sûrement aidée à être un peu moins maladroite que je ne l’aurais été sans ça.

    Et puis, ce n’est qu’une période angoissante à passer : je me dis que dans trois mois si tout va bien (difficile de passer outre ce « si tout va bien »), ma fille sera là et je fermerai la boutique (je parle de mon utérus, pas de mon blog). Ce qui m’en restera, ce ne sera qu’une meilleure compréhension du monde et des gens, et ça, ça ne peut faire de moi (de nous) qu’une meilleure personne 🙂

    J'aime

    • Oui, on est dans le même état d’esprit. Tu m’as fait rire avec ton « je fermerai la boutique » 🙂
      Et comme je le disais plus haut, je n’ai pas l’impression d’être angoissée, juste plus réaliste

      J'aime

  5. Ouf j’ai cru que tu allais rompre avec nous !
    Comme Chat-mille j’ai vraiment l’impression que la blogo me rend plus compréhensive, plus bienveillante et ça me fait aussi dédramatiser les choses pas cool parce que je sais que je ne suis pas seule dans ce cas. Il y a aussi un peu de stress c’est vrai, mais ce n’est qu’un petit effet secondaire je trouve 😉
    Et puis j’aime bien savoir où je mets les pieds et pour ça je suis reconnaissante à toutes les blogueuses qui partagent leurs expériences. Grâce à vous, la maternité ne sera pas complètement un terrain inconnu 🙂

    J'aime

    • J’ai écrit cet article en pensant à toi, entre autres. Et oui, j’imagine que c’est toujours un grand réconfort de savoir qu’on n’est pas seule et de trouver une communauté bienveillante pour avoir un peu de soutien et beaucoup d’encouragements

      J'aime

  6. Comme toi, c’est par Mlle D que j’ai découvert les blogs maternités, mais bien avant que le projet bébé se concrétise. Ca fait à peu près 2 ans que je lis DMT tous les jours (!), mais on n’est en essais que depuis 6 mois.
    Quand je racontais certains trucs lus sur les blogs à mon mari, il me disait « tu ne devrais pas regarder ça, ça va te paniquer, tu te prends la tête pour rien ». Sauf que pour moi, c’est l’inverse. Je suis très angoissée quand je ne peux pas me projeter dans ce qui va se passer – un RDV dans un nouveau service ? est-ce que je vais trouver l’entrée ? Je vais directement au bureau de la personne, ou je dois passer par l’accueil ? Il faut arriver combien de temps en avance pour être poli ? je toque ou pas ? Etc. etc. C’est épuisant moralement pour moi, alors que si je sais comment les choses vont se passer, si je connais les lieux, les manières de faire, je suis moins angoissée et je ne me prends pas la tête des heures à l’avance.
    Pour la grossesse, c’est pareil. Je suis beaucoup plus à l’aise maintenant que je sais comment les choses peuvent se passer, le pire (oeuf clair, hyperémèse, malformation, grande prématurité, fausse couche tardive, dépression post partum…) comme le chouette (préparation à l’accouchement, amis des bébés, éducation bienveillante…).
    De toute façon, je sais que je me serais angoissée sur toutes les catastrophes, alors je préfère les connaître pour de bon, être informée, que me laisser effrayer par leur ombre agrandie sur le mur.
    En plus, ça m’a permis de rencontrer des copinautes qui me remontent le moral quand c’est bof bof pour notre aventure, alors pour moi, c’est tout positif !
    Du coup, merci de partager à ton tour ton expérience, ici et sur DMT 🙂

    J'aime

    • En fait, j’ai du réécrire mon pavé parce que je l’avais effacé par mégarde, du coup j’ai oublié un bout : en plus, comme disent Flora et Chat-mille, lire des récits d’épreuves autour de la parentalité, ça m’aide à être plus empathique et moins maladroite avec mes proches, ce qui est aussi un bonne chose je trouve.

      J'aime

  7. Bonjour, j’ai récemment écrit un billet (pas encore publié!) sur la peur que j’ai ressenti à un moment face à la blogosphère. Comme toi, j’ai commencé à lire des blogs à l’affut de bonnes idées pour organiser mon mariage, puis, plus assiduement, lorsque j’ai eu ma 1ère fille. Qquel bonheur de lire cette multitudes de récits de maman! Seulement, tellement, tellement de choses à lire, à découvrir, que je finissais par ne plus savoir où chercher, et à survoler les textes qui ne « parlaient » pas à mon propre vécu, sans prendre le temps de les apprécier à leur juste valeur.
    J’ai fini par me concentrer sur une dizaine de blogs que j’apprécie plus particulièrement, et je leur reste fidèle.
    Toutefois, ayant créé sur un coup de tête mon propre blog, il y a très peu de temps, je prends un plaisir inattendu à redécouvrir la blogosphère avec un oeil tout neuf, affiné par mes années de lectrices, et aidée par ma nouvelle perception de bloggeuse et ce super outil qu’est Hellocotton!

    J'aime

  8. Ton article me fait encore plus réaliser le pouvoir des mots. Quand on blogue on ne se rend pas toujours compte de l’impact que ça peut avoir. Surtout chez les lecteurs plus anonymes. Merci à toi pour ce billet qui m’aide à en prendre conscience encore plus.

    J'aime

  9. Je suis bien d’accord avec toi. Pour ma première fille je n’avais absolument pas idée qu’il existait un monde parallèle appelé « blogosphère ». Mais maintenant que je suis en plein dedans je me rend compte que cela change pas mal de chose dans ma perception de cette deuxième grossesse. C’est bizarre mais ça me plaît bien!^^

    J'aime

    • Tu fais aussi partie de celles à qui j’ai pensé en écrivant ce billet. Après, je trouve aussi que ce n’est pas toujours évident de faire la part des choses entre ce que nous apporte la blogosphère et ce que nous apporte l’expérience de nos précédentes grossesses. Mais ce qui est sûr, c’est qu’il y a beaucoup de positif 🙂

      Aimé par 1 personne

  10. Merci pour ton article, j’ai beaucoup aimé le lire ! Je fais partie de celles qui ont une histoire en partie douloureuse avec la maternité, et au-delà du côté cathartique du partage d’expérience je me demande parfois comment tout cela peut être ressenti… Je n’avais pas pensé au côté empathique, mais tu as mille fois raison, j’ai d’ailleurs beaucoup « appris » de ce côté là en lisant des blogs. Au-delà des expériences douloureuses, c’est toujours d’un grand réconfort de voir qu’on est plusieurs à vivre des choses similaires, à se poser les mêmes questions, à tenter des trucs… et de voir qu’on galère et qu’on s’en sort ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s