La place du milieu

DSCF5251Ces derniers temps, je vous ai beaucoup parlé d’Alphonse et un peu de Gustave… mais à peine d’Ernestine. Est-ce normal ? C’est vrai qu’avec le cancer de notre grand, beaucoup de notre énergie, de nos pensées sont pour lui. Et Gustave, si petit si dépendant à tout autant besoin de nous. Alors Ernestine, du haut de ses deux pleins de vitalité, peut facilement être oubliée. Elle marche seule, sait exprimer ce qu’elle veut… Pour un peu on pourrait presque oublier qu’elle n’a que deux ans. Seulement voilà, deux ans c’est encore tout petit. Et même si elle a la chance d’être en pleine forme, elle a besoin de ses parents également.

On dit que la place du milieu n’est pas évidente. C’est probablement vrai. Mais ce qui est sûr c’est que dans notre cas, la situation est difficile pour notre petite fille. Elle a toujours été colérique, mais depuis la découverte de la maladie de son frère (et donc la naissance de Gustave) elle fait encore plus de colères. Une réaction saine qui lui permet de nous rappeler qu’elle existe. Et elle a bien raison.

Nous avons commencé par tout lui expliquer, avec des mots qu’elle pourrait comprendre. Alphonse est malade. Il a un gros bobo dans la tête. Un bobo très méchant. Pour le soigner Alphonse va devoir aller à l’hôpital. Beaucoup. Et nous, on va avoir moins de temps pour elle. Mais ça ne veut pas dire qu’on l’aime moins. Ça veut juste dire qu’elle a plus de chance que son grand frère. Et on lui a redit autant de fois que nécessaire qu’on l’aimait très fort. Et que si elle partait chez ses grand-parents, c’était des vacances, pas une punition.

Une chance pour nous. Elle comprend tout. Et elle adore aller chez ses grand-parents retraités. Alors quand ça devient un peu trop difficile pour nous… zou, elle s’en va. On essaye de ne pas faire plus d’une semaine – deux maximum. On souffle, on est plus disponibles pour Alphonse, elle se change les idées… tout le monde est gagnant. Y compris les grand-parents qui ont l’impression (à juste titre !) de contribuer à l’effort familial.

Mais on essaye de ne pas l’oublier pour autant. On laisse un peu crier Gustave pour lui faire un câlin, Alphonse patiente sur le canapé le temps qu’on lui lise une histoire… Et j’ose le dire : si on a eu du mal à trouver l’équilibre au début, il semblerait qu’on ait maintenant trouvé notre rythme. J’espère que nous arriverons à tenir la distance.

Mais j’ai une certitude. Une fois cette sombre histoire derrière nous, Ernestine trouvera sa place sans problème. Elle a le caractère qui lui permettra de toujours exprimer ce dont elle a besoin. Et, si en attendant, elle souffre de la situation – comme tout le reste de la famille – elle arrive à composer avec force et sourire !

Publicités

21 réflexions sur “La place du milieu

  1. Je me demandais justement comment Ernestine vivait ce double chamboulement …
    J’ai une cousine qui a la même configuration de fratrie que toi et qui en était très contente à l’annonce du sexe de son troisième car, certes sa fille a la place du milieu, mais c’est la seule fille, donc ça laisse aussi une place à part pour chacun 😉

    Aimé par 1 personne

  2. La situation présente l’aura sûrement rendue plus forte, elle aussi par la force des choses. C’est bien que vous ayez trouvé ce petit refuge, cette petite bulle pour la préserver chez ses grands-parents. Ma tante me disait souvent à moi aussi, l’enfant du milieu, que j’étais prise en sandwich entre mes deux frères. Mais qui dit sandwich, dit jambon. Eh oui, le meilleur se trouve au milieu, me répétait-elle toujours lorsque j’étais triste… et cela me faisait sourire. Ernestine finira par trouver cette place qui est la sienne au sein de cette belle fratrie.

    Aimé par 2 people

  3. Ton article me touche, c’est quelque chose qui m’interpelle beaucoup, la place du milieu… Pour l’instant, la seconde est la dernière et j’ai peur de lui enlever quelque chose si j’ai un troisième enfant, ce ne serait pas la grande puisqu’il y a le grand frère mais plus le bébé non plus…
    Dans votre situation, j’imagine bien combien votre attention est prise par Alphonse et Gustave et c’est normal. Mais vous veillez aussi à elle et elle le sent certainement.
    Et, oui, étant la seule fille, elle a aussi sa place particulière 🙂

    J'aime

  4. Ca ne fait pas longtemps que je te lis, et je n’ai pas lu tous les anciens posts, du coup bizarrement, je pensais qu’Ernestine était l’ainée, qu’elle était bien plus grande et que ça lui permettait de comprendre tout ça.
    Je compatis, quand tu as plusieurs enfants tu dois déjà jongler avec ton attention, quand il y en a un qui est malade, il prend plus de place, quand il y en a un qui est tout juste né pareil, et quand le troisième est en plein terrible two c’est encore pareil. On fait comme on peut ^^ Mais c’est chouette aussi de pouvoir compter sur les grands parents, chez nous les familles sont loin et ça manque sérieusement.

    J'aime

    • Comment ça tu n’as pas lu tous mes articles ?! 😀 Mes beaux parents sont à 1h30 de route. Ce n’est pas tout prêt mais ça se fait facilement. Et c’est vrai qu’en ce moment j’aurais bien aimé qu’ils soient encore plus proches pour récupérer Ernestine le soir sans modifier sa routine !

      J'aime

  5. Comme tu le dis si bien, l’important est de bien tout lui expliquer, et c’est ce que vous faites. Ernestine a l’air d’être une petite fille intelligente, vive et bien dans ses baskets, je suis sûre qu’elle saura surmonter tout ça!

    J'aime

  6. Je pense en effet que votre situation actuelle demande un peu d’ajustement à tout le monde, Gustave inclus. Je trouve votre démarche de lui expliquer très responsable, et je crois que même à son age elle doit se rendre compte que son grand frère a plus besoin de vous pour le moment. C’est parfait si elle aime bien aller chez les grands parents, dans un peu de temps elle aura déjà oublier tout ça et ne gardera que l’amour que vous lui avez témoigner malgré tout.
    Contente d’apprendre que vous commencez à vous y retrouver. Courage !

    J'aime

  7. C’est vrai qu’en apprenant la situation, c’est tout de suite à elle que j’ai pensée, peut-être parce que j’ai une (grande) amie qui est la grande soeur d’une petite fille (jeune fille maintenant) qui a eu la même maladie qu’Alphonse et que je sais que ça a été aussi dur pour elle, qu’elle a grandi dans l’ombre des soins apportés à sa soeur et dans la peur de la récidive. Je suis donc heureuse d’avoir de ses nouvelles et de savoir que bon an mal an, elle ne le vit pas trop mal…

    Sinon, pour la place du milieu, a priori je ne connaîtrai pas ça pour mes filles, je devrais n’avoir qu’une première et une dernière, mais dans ma fratrie, la soeur du milieu est vraiment celle qui tient notre famille, qui fait le tampon entre tout le monde sans pour autant s’oublier soi et renoncer à sa personnalité. Je suis sûre qu’Ernestine saura être ce genre d’enfant du milieu formidable 😉

    Aimé par 1 personne

    • Pour l’instant je n’y pense pas volontairement mais il est clair que nous allons vivre dans la peur de la récidive… Et que ça risque d’impacter toute la famille. Mais chaque chose en son temps ! On essayera de préserver au maximum nos 3 enfants. Quant à la place de l’enfant du milieu, j’ai l’impression que – comme pour le reste de la fratrie – c’est le caractère qui fait la différence. Et je pense que mon Ernestine en a à revendre 🙂

      J'aime

  8. Je suis la place du milieu et elle n’est pas facile car il faut sans cesse s’affirmer pour être entendu et on a souvent l’impression de passer après les autres alors qu’au fond ça n’est pas vrai…le comportement de ta petite Ernestine est totalement normal surtout avec la situation que vous vivez actuellement, elle se fera sa place ne t’inquiètes pas et deviendra une adulte très débrouillarde ! Je tenais à te dire, même si cela a du être fait de nombreuses fois, que tes articles m’ont beaucoup touchée et émue, même si on ne se connaît pas je vous apporte tout mon soutien et je fais un gros bisous magique à ton petit Alphonse qui est un grand guerrier !

    J'aime

  9. Moi aussi, je me demandais comment Ernestine vivait tous ces grands chamboulements simultanés, du haut de ses 2 ans. Comme toujours, j’ai l’impression que tu as un regard très lucide sur tout ça, et je trouve ça vraiment bien que vous puissiez vous reposer un peu sur les grands-parents, surtout si cela fait du bien à toute la famille.
    Quelque chose me dit que le fameux caractère bien trempé de ta petite fille, qui fait d’elle un enfant du milieu de compétition, lui vient de sa maman ! 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s